Alexandre KEVORKIAN

Alexandre KEVORKIAN


ALEXANDRE KEVORKIAN : FORMATEUR MATHEMATIQUES ET ATELIER DE RAISONNEMENTS LOGIQUES : SITE D’ARGENTEUIL-BEZONS


Concernant mes différentes missions à l’e2C,  je les classerais en deux parties, celles qui sont en lien avec la remise à niveau et la matière dont je m’occupe plus spécifiquement : les maths, celles qui sont en lien direct avec le jeune et son accompagnement.

Concernant les mathématiques, ce que je peux en faire avec les jeunes qui sont les nôtres est un challenge permanent. En effet au-delà des objectifs officiels et importants, maitrise minimale des opérations de bases, il faut faire en sorte que le jeune arrive à apprécier cette matière, qu’il la considère comme un outil lui permettant de réussir son projet professionnel comme un outil lui permettant de mieux s’investir dans sa vie personnelle et sociale, ainsi les ponts faits entre les parcours spécifiques de nos jeunes, l’humain et les sciences dures, exactes, que sont les mathématiques sont permanents.

Pour bien arriver à cela il est important de bien prendre note de l’importance des questionnements proposés par les supports que l’on propose aux jeunes, et de la pédagogie envisagée pour les présenter et les mettre en place. Il est important de garder à l’esprit que ces jeunes, souvent exclus du système scolaire depuis quelques mois voire quelques années et ne sont pas forcément prêt à ingurgiter un contenu réchauffé et parfois trop répéter, il ne faut pas oublier de les y inclure, d’y mettre de la vie, de parler de leur vie, en ayant comme prisme l’apport mathématique, ainsi, nous parlerons par exemple de leur budget comprenant leur logement, leur nourriture, leurs vêtements, leurs sorties. Nous nous servirons du TNI pour faciliter l’approche interactive de ces sujets.

Très vite j’ai pu constater une forme de remédiation très gratifiante chez des jeunes dont les mathématiques avaient laissées des stigmates d’apprentissage. Durant l’avancé du parcours et la validation du projet professionnel, les objectifs deviennent rapidement précis et adaptés au programme, aux attentes. Les jeunes m’interpellent aussi pour constituer les budgets liés aux projets culturels qu’ils souhaitent mettre en place ce que je trouve très intéressant car les mathématiques du coup ne sont jamais coupées des autres matières.

Le fait de préparer ces séquences, de les adapter au projet, de les faire vivre, est une des choses qui me fascine et motive au quotidien dans mon métier de formateur.

Au-delà de cette mission de pédagogue, il y a la mission d’accompagnant, de coordinateur de projet, professionnel, de vie.

 

Cette mission plus individuelle amène à connaitre plus intimement le jeune, à approfondir le parcours qui l’a mené à l’e2C, à repenser ensemble les raisons de ses échecs afin de mieux s’en servir pour l’avenir, à déterminer quels peuvent être les étapes à la bonne réalisation des objectifs que le jeune s’est fixé en venant chez nous et que je peux fixer avec lui. Cet aspect m’ouvre sur les réalités auxquelles sont confrontées notre jeunesse, et nourrissent ma motivation quant à l’aide que je peux leur proposer. Il faut parfois sortir du confort habituel pour entrer dans des milieux déstabilisants, le milieu carcéral pour les jeunes ayant eu des problèmes avec la justice et pouvant être encore suivis par elle, le milieu des migrants pour les jeunes dont les problèmes de papier empêchent d’avancer et stabiliser une situation professionnelle, le milieu du handicap qui nécessite un regard objectif et parfois d’être assez fort face à certaines situations. Tous ces aspects sont liés à la coordination et à l’accompagnement, ce qui dans la finalité où le jeune sort de chez nous avec une situation meilleure que quand il est rentré, ce que les financeurs appellent la sortie positive, est d’une très grande satisfaction.

C’est ce mélange entre coordination et pédagogie dont je parle quand je dois présenter mon métier de formateur, c’est cet angle qui me semble le plus pertinent le moins « formaté », c’est un discours qui touche partenaires et potentiel stagiaire, c’est ce qui me semble être le plus personnel quand je parle de mon métier.